Des trajectoires individuelles en écho à l’Histoire de la Danse qui résonnent en chacun et parlent à la communauté entière.

Pour Claire Rousier, le solo est une figure emblématique de la danse moderne. Dans une Allemagne de l’entre-deux guerres Mary Wigman, avec La Danse de la sorcière (1916 1926), affirme son refus de l’image de la femme véhiculée par la danse classique et se fait l’écho des aspirations de son temps marqué par la peur liée aux conséquences de l’industrialisation et à l’accélération des rythmes de vie qu’elle impliquait. Avec Sors, Pedro Pauwels, dont l’histoire personnelle est marquée dans sa chair, offre son corps d’interprète comme lieu de mémoire en reprenant ce solo mythique et comme lieu de création en invitant quatre chorégraphes majeurs, Carlotta Ikeda, Josef Nadj, Robyn Orlin et Jérôme Thomas à construire pour lui leur vision d’un(e) sorcier(ère) d’aujourd’hui. 

Cette ouverture de la saison danse CIAM sous le signe du solo se poursuit avec la Cie Les Gens Charles. GA,GA,GA est une collection de 3 soli dansés par Anthony Roques, Benjamin Forgues et Charlie-Anastasia Merlet, qui portent chacun le nom d’une étoile : Protostar, Lambda et Zeta. Le point de départ de leur travail est de proposer une exploration de la virtuosité, matinée d’intimité, de nonchalance, du plaisir avouable de danser. Une proposition qui assume une esthétique assimilée aux clichés de la danse classique, indissociable de notre histoire.

Depuis la danse post-moderne, l’improvisation a gagné ses lettres de noblesse. Marianne Masson en joue comme procédé de composition pour le solo  Une autre s’il vous plait, et la met en scène "Piège-Moi [ou l'auto-truande programmée]" avec la complicité d’Arthur Ower et des spectateurs qui seront amenés à proposer thèmes et musiques… Une prise de risque en écho à une société où l’immédiat est un nouveau rapport au temps.

Après avoir été interprètes de Maguy Marin au cœur de la nouvelle danse, Isabelle Saulle et Adolfo Vargas ont fondé l’Association Manifeste. Le questionnement autour de l’âge et de la société que l’on transmet aux générations futures avec en particulier les questions de la responsabilité et de la culpabilité les agite. Ils vont conclure leur trajectoire d’interprètes par le duo La Cure, centré sur les questions d’écologie.

Venez découvrir ces créations nourries d’histoire et résolument contemporaines !

Anne Hébraud


Secteur DANSE - CIAM La Fabrique